SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

ALLIER : L214 EXPOSE UN ÉLEVAGE DE COCHONS POUR MAUVAIS TRAITEMENTS

Jeudi 8 Octobre - 05:20

Actu. locale


L'élevage de cochons visé par L 214 a l'autorisation d'engraisser 6 000 porcs en simultané. - © L 214
Un nouvel élevage auvergnat a été mis en cause par l'association L 214, il s'agit d'une élevage de porc à Barrais-Brussolles.

L'association L214 a publié une vidéo cette nuit, dénonçant les conditions de traitement des cochons dans un élevage à Barrais-Brussolles, dans l'Allier. On y voit des animaux les uns sur les autres, agressifs et souffrant probablement de maladies de peau. On y voit aussi des stocks importants d'antibiotiques.

"Ce sont des animaux qui s'agressent les uns les autres, on voit notamment sur les images un cochon qui se fait dévorer vivant par les autres", déplore Sébastien Arsac, le co-fondateur de l'association L 214.



Les images ont été tournées en juillet, mais ce n'est pas un hasard si elles sont diffusées ce jeudi 8 octobre. L'association veut en effet alerter le grand public et faire pression sur les députés tandis qu'ils examinent aujourd'hui un projet de loi à l'Assemblée Nationale. Ce dernier pourrait mettre fin à l'élevage intensif en France dans les prochaines années.

"La question c'est : est-ce qu'on peut garantir de bonnes conditions d'élevage à des animaux dans des élevages intensifs, sur un sol en béton, sans accès à l'extérieur, entassés les uns sur les autres ?" demande Sébastien Arsac qui a déjà la réponse : "C'est juste pas possible".

L'association a porté plainte


L'élevage visé par l'association a l'autorisation d'engraisser 6 000 porcs en simultané. "Souvent on nous dit "vous montrez des images horribles, ce sont des cas particuliers" mais là on peut difficilement dire que c'est un cas particulier. C'est vraiment quelque chose qui est très représentatif de l'élevage français de cochons aujourd'hui", affirme Sébastien Arsac.

Suite à ces images, L 214 a porté plainte auprès du procureur de Cusset pour mauvais traitement.