SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

OLIVIER VÉRAN RECOMMANDE LE PORT DU MASQUE À L'EXTÉRIEUR

Mercredi 29 Juillet - 17:25

COVID-19


Olivier Véran, le ministre de la santé en déplacement à Saint-Etienne - © Radio Scoop Anthony Perrel
Le ministre de la Santé, Olivier Véran, s'est rendu mercredi dans les Yvelines pour superviser la distribution de 50 millions de masques aux foyers les plus modestes.

Plus de huit millions de personnes vont recevoir dans les 10 à 15 prochains jours un lot de six masques dans leurs boîtes aux lettres, lavables chacun vingt fois, a indiqué le ministre qui s'est rendu sur une plateforme de logistique et une autre de distribution du groupe La Poste.

"Nous avons priorisé les territoires avec la plus forte activité virale et les départements d'Outre-mer, notamment La Guyane", a poursuivi le ministre.

"Il ne saurait y avoir le moindre obstacle financier pour se protéger", a-t-il insisté, se félicitant de cette distribution à domicile "sans démarche à réaliser". Tous les masques viennent du stock d'Etat, a-t-il également dit.

Le port du masque en extérieur recommandé


"Depuis quelques jours, il y a une augmentation de l'activité virale dans certains endroits de notre pays", a rappelé le ministre, citant notamment le cas de la Mayenne, où le masque est désormais obligatoire en extérieur et où tout rassemblement de plus de 10 personnes est interdit.

"L'Organisation mondiale de la santé reconnaît un risque sérieux de transmission aérosol du virus", a-t-il dit pour expliquer la nécessité de porter un masque.

Le ministre a donc incité au port du masque en extérieur selon les situations: "Si vous êtes dans une rue où il y a plusieurs personnes qui vont se balader et vous n'êtes pas sûr de pouvoir garder la distance, je le recommande."

N'excluant pas la possibilité d'une résurgence de l'épidémie en France, même si ce n'est pas le cas pour le moment, le ministre a pris pour exemple la Belgique ou la Catalogne, où, "il y a dix jours, il n'y avait pas de deuxième vague et où ils sont désormais en difficulté".