SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

LA SANTÉ MENTALE DES FRANÇAIS CONTINUE DE SE DÉGRADER

Vendredi 22 Octobre - 14:44

COVID-19


La santé mentale des Français continue de se dégrader. - © Pixabay / Free-Photos
La santé mentale continue de se dégrader depuis la rentrée, selon la dernière enquête CoviPrev.

Les résultats de la dernière enquête CoviPrev - qui suit l'évolution des comportements et de la santé mentale des Français pendant l'épidémie de Covid-19 - ont été publiés ce vendredi 22 octobre.

Selon cette étude, la santé mentale continue de se dégrader depuis la rentrée. On note une augmentation des états dépressifs déclarés (16%, + 3 points par rapport à juillet 2021) sur la période du 28 septembre au 5 octobre.

Les états anxieux (26%, + 7 points) et les problèmes de sommeil (70%, + 11 points) sont également en forte hausse depuis cet été.

Un léger rebond de l'épidémie


L'épidémie connaît un petit rebond automnal qui n'affole en l'état ni les médecins, ni le gouvernement, mais pousse ce dernier à rester intransigeant quant au maintien du pass sanitaire.

Depuis la fin du mois d'août, l'épidémie s'est repliée en France pour atteindre un niveau particulièrement bas depuis le début de la crise sanitaire, sur fond notamment de succès de la campagne de vaccination, l'une des plus avancées en Europe.

Désormais, le déclin est fini. "Après huit semaines successives de baisse, le taux d'incidence a augmenté", a souligné ce vendredi Nicolas Méthy, l'un des responsables de Santé Publique France, lors d'un point presse.

Cet indicateur témoigne de la proportion de personnes infectées parmi la population. Son rebond n'est pas surprenant : la baisse des températures pousse les gens à se regrouper en intérieur, à fermer les fenêtres et donc à augmenter les risques de contamination.

Pour autant, si les infections repartent en hausse, Santé Publique France juge excessif de parler de reprise de l'épidémie. "Avec le vaccin, on peut avoir une reprise de la circulation du virus sans pour autant avoir nécessairement une reprise des hospitalisations ou un niveau qui mettrait en tension les systèmes de santé", souligne Arnaud Fontanet, épidémiologiste à l'Institut Pasteur et membre du Conseil scientifique qui guide le gouvernement français.

Le pass sanitaire prolongé ?


Il juge donc essentiel de continuer à inciter au maximum les Français à se faire vacciner. Les personnes éligibles depuis septembre sont également invitées à effectuer une dose de rappel.

"Le moment n'est pas venu d'ôter des outils qui nous protègent alors qu'on voit que le virus ne baisse plus", a prévenu le ministre de la Santé, Olivier Véran, alors que les députés viennent d'ouvrir la voie à une extension du pass, au-delà de la date butoir initialement prévue mi-novembre.

Le ministre a aussi jugé qu'il n'était pas "illogique" de conditionner le pass à une dose de rappel chez les personnes censées en bénéficier.