Daniel Balavoine

Page Facebook de Daniel Balavoine 

Site consacré à Daniel Balavoine www.dbalavoine.com

Daniel Balavoine, né le 5 février 1952 à Alençon et mort le 14 janvier 1986 au Mali, était l’un des auteurs, compositeurs et interprètes français les plus reconnus de sa génération. Après des débuts difficiles, il connaît son premier succès avec Starmania, qui fera de lui une vraie vedette de la chanson française. Véritable marqueur intergénérationnel, Balavoine est à la fois connu pour ses hits comme “Mon fils ma bataille” ou “L’Aziza” et pour son engagement en faveur des organisations humanitaires.

Les débuts difficiles de Daniel Balavoine

Durant sa jeunesse, Daniel Balavoine débute comme chanteur de bal, ce qui lui permettra d’acquérir une petite renommée locale. C’est en 1971, avec le groupe Présence, que Balavoine sortira un premier 45 tours. Ne connaissant pas le succès escompté, il décide de quitter le groupe un an plus tard. Afin de s’assurer un revenu, il travaille comme disquaire, mais ne renonce pas à une carrière musicale. En 1974 il est repéré par la maison de disques Barclay, d’où déboucheront trois albums, “De vous à elle en passant par moi”, “Les Aventures de Simon et Gunter” et “Le chanteur”. Les deux premiers albums sont un échec et le succès n’est pas au rendez-vous. Pourtant, durant cette période, Daniel Balavoine rencontre Michel Berger, compositeur de l’opéra rock Starmania avec qui il collaborera de nombreuses années par la suite.

Daniel Balavoine dans Starmania

C’est donc en 1978 que sort l’album de Starmania. De nombreux titres deviennent rapidement des hits et Balavoine, qui y joue le fameux rôle de Johnny Rockfort, y interprète “Banlieue nord”, “Quand on arrive en ville” et “S.O.S d’un terrien en détresse”. Le succès est total et avec deux millions deux cent mille exemplaires vendus, le disque s’est installé à la septième place des meilleures ventes françaises de l’Histoire ! D’avril à mai 79, Starmania est joué au Palais des congrès de Paris, réunissant une centaine de milliers de personnes au total. Se composant notamment de France Gall, Fabienne Thibeault, Etienne Chico ou encore Nanette Workman, c’est bien Daniel Balavoine qui marque réellement la production. Ce dernier voit sa notoriété monter en flèche, passant du statut d’inconnu à celui de vedette et lui offrant une image de rebelle et tendre à la fois. C’est alors que la carrière de Balavoine se lance vraiment. En 1980 il se produit à l’Olympia et sort l’album “Un autre monde”, comportant les musiques “Je ne suis pas un héros” et “Mon fils ma bataille”. S’en suivront deux autres albums, “Vendeurs de larmes” et “Loin des yeux de l’Occident”, album considéré comme le plus engagé.

Sauver l’amour

En octobre 1985 parait l’album “Sauver l’amour” qui s’écoulera 1 240 000 albums et 1 580 000 singles vendus. Cet album constitue la meilleure vente toutes catégories confondues du chanteur ! Certaines chansons de l’album deviendront rapidement des tubes intergénérationnels comme “L’Aziza” en hommage à sa femme Corine, juive d’origine marocaine, “Aimer est plus fort que d’être aimé”, “Sauver l’amour” ou encore “Tous les cris les S.O.S”. Chaque chanson de l’album traite des problèmes sociaux et politiques de l’époque, mettant en avant la volonté farouche de Balavoine de faire changer les choses.

Daniel Balavoine un chanteur engagé

En plus d’être un auteur, compositeur et interprète de grand talent, Daniel Balavoine était aussi un homme très engagé. Dès son plus jeune âge, il prend part au mouvement étudiant de mai 68, s’imaginant même une carrière future en politique. De plus, énormément de chansons de ses différents albums traitent des différents problèmes politiques, sociaux et culturels de l’époque. Quelques exemples, “Pour la femme veuve qui s’éveille”, qui traite du statut des femmes ou encore, “Frappe avec ta tête”, qui traite de la torture.
Au-delà de ses chansons, Daniel Balavoine est aussi connu pour s’être engagé dans de nombreuses associations, causes et organisations humanitaires. Il participe par exemple au lancement des Restos du Coeur et en sera même le premier parrain. Habitué à participer aux courses du rallye Paris-Dakar, Balavoine était aussi engagé dans de nombreuses associations, comme par exemple “Action Ecoles”, venant en aide aux habitants du continent africain.
L’épisode le plus marquant qui montre l’engagement de Daniel Balavoine reste celui qui date du 19 mars 1980. Invité dans une émission de télévision, ce dernier s’en prend à François Mittérand et lui reproche en direct de ne pas assez s’occuper des problèmes de la jeunesse. C’est ainsi que Daniel Balavoine est devenu un symbole, pour toute une génération de jeunes Français. Juste après sa mort, l’Association Daniel Balavoine est créée par ses amis et sa famille, pour continuer les actions engagées par le chanteur en Afrique.

Les artistes qui ont chanté du Daniel Balavoine

De nombreux artistes, parmi les plus reconnus de notre pays, ont repris les chansons de Daniel Balavoine. Grégory Lemarchal, notamment, qui avait interprété une émouvante reprise de l’un des tubes les plus connus de l’artiste engagé, “S.O.S d’un terrien en détresse”. Liane Foly, avait quant à elle réinterprété “La vie ne m’apprend rien” en 1999. Au-delà de ces deux artistes, de nombreux autres chanteurs et chanteuses français ont rendu hommage à Daniel Balavoine. Parmi eux, Pascal Obispo, Patrick Fiori, Jeanne Mas, Florent Pagny ou encore Léna Ka.


Tags assigned to this article:
Années 70Années 80ChanteurFrançais

Pas de commentaires

Ecrire un commentaire
Pas encore de commentaire Soyez le premier à commenter cet article

Ecrire un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée
Tous les champs marqués d'un '*' sont à remplir obligatoirement*