Claude François

Claude François est né le 1er février 1939 à Ismaïlia en Egypte et mort le 11 mars 1978 à Paris. Chanteur et producteur français reconnu des années 60 et 70, Claude François a en tout vendu plus de 63 millions de disques. Interprète de grands tubes à succès comme “Belles ! Belles ! Belles !” et “Alexandrie Alexandra”, il demeure comme l’un des artistes français les plus appréciés du public.

Les débuts de Claude François

Né en Egypte, Claude François et sa famille vont rapidement quitter leur pays natal, après la nationalisation du canal de Suez. Claude François connaîtra sa première réelle expérience musicale, en 1959, lorsqu’il intègre l’orchestre de Marcel Blanchi à l’hôtel Provençal à Juan-les-Pins. Deux ans plus tard, une fois que celui-ci est monté à Paris, il se rend compte que la musique française est en train de prendre un virage radical avec l’apparition du rock’n roll et de ce que l’on appellera le mouvement des yéyés. C’est à ce moment-là qu’il décide de tenter sa chance dans la maison de disque Fontana. Après un premier échec, il finit par enregistrer son premier disque, “Le Nabout twist”. Malheureusement pour lui, le disque n’arrivera pas à s’imposer en France, rencontrant un succès plus que limité. Mais Claude François ne baisse pas les bras et finit par singner un contrat de cinq ans avec les disques Fontana. C’est alors qu’à l’automne 1962 il obtient son premier vrai succès avec le titre “Belles ! Belles ! Belles !”. Après quelques négociations, le 45 tours passera deux fois par jour dans la célèbre émission Salut les copains. Avec 1,7 million d’exemplaires vendus, quelques émissions et un passage à l’Olympia, la carrière de celui que l’on surnommera Cloclo est enfin lancée.

L’ascension vers la gloire

Très vite, Claude François va rencontrer un homme qui va s’occuper de le faire grimper vers les sommets, l’imprésario Paul Lederman. Avec lui, Claude va enchaîner les tournées et les succès comme “Marche tout droit” et “Si tu veux être heureux”. C’est aussi lui qui va faire comprendre à Claude François que son image est aussi importante que ses chansons. C’est ainsi que Cloclo conquit un public féminin de plus en plus large. En octobre 1963 et après un deuxième passage à l’Olympia, Claude François sort “Si j’avais un marteau”. Le titre fait un carton et remporte deux disques d’or en quelques semaines ! L’année 1964 verra Claude François entamer une tournée estivale triomphale, qui se clôturera par un nouveau passage à l’Olympia. Les titres “Donna, Donna” et “J’y pense et puis j’oublie” rencontrent un large succès. Claude François bat tous les records de recettes et déclenche l’hystérie à chacune de ses apparitions. L’année 1966 sera marquée par l’apparition des Claudettes, des danseuses qui suivront et danseront aux côtés de Claude François durant toutes ses représentations. Le premier concert de Claude François à l’Olympia, en compagnie de ses danseuses, va conquérir et déchaîner le public. L’un des plus grands succès de Claude François interviendra l’année suivante. C’est en effet durant cette année 1967 que sort la chanson “Comme d’habitude”, issue de sa rupture avec la chanteuse France Gall. Le titre est un succès énorme, de nombreuses reprises de grands artistes (Franck Sinatra…) en découlent et très vite, le succès devient mondial !

Reconnaissance et consécrations

En 1968, Claude François est au sommet de sa gloire. C’est cette année-là qu’il décide de créer sa propre maison de disque, Flèche, afin de s’assurer une certaine indépendance artistique. Il décide aussi d’entamer, pour la première fois de sa carrière, une tournée en Afrique Noire, qui sera couronnée de succès. Après une année 1969, qui l’aura vu enchaîner les prestations scéniques et les tubes à succès, Claude François démarre l’année 1970 par un accident de voiture, le menant à une rhinoplastie. A peine remis de ses blessures, Cloclo décide de repartir en tournée. Trois ans plus tard, en 1973, Claude François multiplie les représentations télévisées mais doit une nouvelle fois faire un tour à l’hôpital, après une insuffisance respiratoire lors de répétitions. En septembre de la même année, sort le titre “Le téléphone pleure”, qui rencontre un énorme succès avec plus de 2,5 millions d’exemplaires écoulés ! C’est aussi durant cette année que Claude François va se produire devant plus de 20 000 personnes, porte de Versailles, en faveur d’une association venant en aide aux enfants handicapés. Après deux ans de silence, Claude François revient sur scène en juin 1975, au Jardin des Tuileries devant plus de 30 000 personnes, dans le cadre d’un concert au profit de la recherche médicale. Il s’agira là du dernier concert de Claude François dans la capitale française. Cependant, à l’occasion du Noël des enfants, il se produit au palais de l’Elysée et chante même en duo avec le Président de la République de l’époque, Valéry Giscard d’Estaing ! L’année suivante sort le fameux album créé pour les enfants de “7 à 77 ans”. Les chansons “Cette année-là” et “La solitude, c’est après” rencontrent un franc succès et une émission consacrée à Claude François, “La bande à Cloclo”, conquiert un vaste public. 1977 démarre de la même façon pour Claude François qui sort les chansons “Toi le soleil”, “Je vais à Rio” et “C’est comme ça que l’on s’est aimé”, qui déclenchent une première grande vague de succès. Mais le chanteur n’est pas pleinement satisfait. C’est pourquoi il décide de sortir les chansons “Alexandrie Alexandra” et “Magnolias for Ever”, afin de montrer son envie de changer un peu son répertoire.

La carrière internationale de Claude François

Au-delà de la carrière qu’on lui connaît en France, Claude François a aussi connu une carrière internationale. Il débarque pour la toute première fois sur le marché anglais en 1976, avec la version française de “Le téléphone pleure”. Par la suite, il va réécrire un bon nombre de ses plus grands succès afin de les adapter au public anglophone. L’année suivante, il est la vedette d’une émission franco-britannique. Mais la carrière internationale de Claude François ne s’est pas limitée seulement à l’Angleterre. Après avoir joué au Royal Albert Hall à Londres, devant plus de 6 000 spectateurs, il entame une mini tournée qui le verra arpenter les plus grandes salles de Belgique. Cette même année 1978, il est accueilli, par la BBC, dans les studios suisses pour y enregistrer une émission qui sera diffusée sur la chaîne. Cette émission jouera un grand rôle dans la notoriété internationale de Claude François.

La mort de Claude François

Le samedi 11 mars 1978, vers 15h, Claude François meurt électrocuté dans la salle de bain de son appartement à Paris. Alors qu’il prenait une douche, le chanteur au sommet de sa gloire, veut redresser l’applique électrique qui se trouve au-dessus de sa baignoire. Malheureusement pour lui, ses doigts restent collés et Claude François meurt électrocuté. Cette après-midi-là, Claude François devait rejoindre Michel Drucker pour enregistrer une émission. Le public français est choqué de la mort brutale de l’un de ses plus grands artistes. Les obsèques du chanteur, qui ont eu lieu le 15 mars 1978 à Paris, ont rassemblé des milliers d’anonymes et de fans.

Cloclo le film

Le 14 mars 2012, soit trente-quatre ans après la mort de Claude François, est sorti le film “Cloclo” de Florent Emilio Siri, retraçant la vie de Claude François. Celui qui va être choisi pour incarner le rôle de Claude François, est l’acteur belge Jérémie Renier et sera notamment entouré de Benoît Magimel et Joséphine Japy. Les critiques envers le film ont été dithyrambiques puisque toute la presse a salué le jeu d’acteur de Jérémie Renier. Le film réunira en tout plus de 1,7 million de spectateurs et Jérémie Renier remportera un Globe de cristal en 2013, pour sa performance dans le film.

Anecdotes sur Claude François

  • En 1975, Claude François se trouve dans l’hôtel Hilton de Londres. Alors qu’il se situe dans la réception de l’hôtel, une bombe explose sous une table. Placé derrière une dame, cette dernière le protège de la déflagration. Claude François vient de réchapper à un attentat.
  • Claude François est né en 1939 et mort à l’âge de 39 ans, 39 jours après son 39e anniversaire !
  • On le sait, le surnom de Claude François était Cloclo. Mais ce surnom ne fut pas le seul attribué au chanteur. En effet, au moment de sortir son premier album il se faisait surnommer Kôkô, puis plus tard, son premier fils le surnomma Coco

Tags assigned to this article:
Années 60Années 70ChanteurFrançais

Pas de commentaires

Ecrire un commentaire
Pas encore de commentaire Soyez le premier à commenter cet article

Ecrire un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée
Tous les champs marqués d'un '*' sont à remplir obligatoirement*